05 février 2010

Ton ombre

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } A:link { so-language: zxx } - Quand je te croisais et tentais de te parler Aucun mot ne sortait de mes lèvres Quand je te croisais et rêvais de te toucher Seule mon ombre conservait c' privilège   Devancé par mon double qui n'avait peur de rien Je devais me surpasser et m'armer de courage La belle allait passer et en un tour de main Nos ombres s'entremêleraient, pas question d'être sage   De nos tendres baisers à nos folles ... [Lire la suite]
Posté par vynou555 à 17:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 janvier 2010

La phrase ascendante

C'est l'escalade dans la froideur. La noirceur et le tranchant de ces idées fausses, communes. On monte. Un peu plus loin des étoiles. Un peu plus près de la fange.De la répugnance. De l'autres. Des différences. En regardant de plus haut, de plus loin, de moins bien, que distingue-t-on des nuances d'aigris ? La mire en ligne de pire, empire. Suite et fin des programmes de l'ennui. Déjouer les télé-visés. Croche pattes de lapin. La fin des harry & co. Cannibalisme exacerbé. Les crocs à fleur de peaux. C'est le vol des vôtres. De... [Lire la suite]
Posté par incredibleMe à 17:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 janvier 2010

La plage blanche

Quand la nuit cède à la lumière tamiséeLa plage blanche s'ouvre à nos yeux étonnésLe bouillonnement d'hier où est il allé?Engloutit par la mer, le sable repasséEt ce château, si long à échafauderEt cet amour sans retenue dévoiléOù sont passés les cris, les rires, envolés?Et les odeurs de crème, de sel, de beignets?Pour toujours les joies d'hier s'en sont alléesLes souvenirs, tout comme le jour vont s'échapperAujourd'hui, la houle nous invite à rejouerDu bonheur, de la vie à réinventer
Posté par vynou555 à 13:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 janvier 2010

La tour de pas belle

Circonvolutions métalliques, circonvolutions médiatiques. Ces marches qu'on nous propose pour évoluer sont grises, à l'image des images qu'on nous impose. Une télé sur terre qui tourne en continu, qui tourne au délétère. Une radio qui se veut une exploration corporelle du monde mais qui n'est qu'une fausse thérapie, terrassante et harassante. Le tout diffusé du haut de cette tour de pisse, un peu penchée, un peu branlante. Un débat qui tourne au vinaigre. Un séisme qui fait la une mais pour combien de temps? Un virus contre... [Lire la suite]
Posté par Jack Larsen à 12:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 janvier 2010

l'escalier

J’aurais peut être pu comprendre Si tu m’avais un peu parlé plutôt que de descendre Les marches de cet escalier et quelques étages plus bas échapper à nous à jamais sans bruit et sans éclat il y a des cendres dans mon thé. Des ruines de toi dans la maison  Un gout amer dans l’escalier Ton départ c’est comme un poison Qui lentement sans s’arrêter M’amène au bout du mot fini. Des traces de quoi sur l’oreiller Tes vils parfums que je maudits Il y a des cendres dans mon thé. Rester... [Lire la suite]
Posté par jime à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 décembre 2009

Banana Spleen (5)

{Le début est ici}    Je ne trouve pas le sommeil. Les images défilent sous mes yeux. Un diaporama se déroule sous mes paupières mi-closes. Je vois les bons et les mauvais moments. Je perçois des sourires et des larmes. J’entends des chuchotements, des promesses, et des cris. Tout se mélange. Mon cœur bat trop vite, je mords l’oreiller pour ne pas hurler. Est-il un monde dans lequel il ne faut pas forcément payer ses erreurs et ses mauvais choix ? Je repense à celle que je n’aurais jamais dû laisser, je... [Lire la suite]
Posté par rougevoyelle à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 novembre 2009

Banana Spleen (4)

J’ai englouti cette banane qui m’est tombée sur l’estomac et j’ai rejoint mon lit d’adolescent. J’espère seulement ne pas renouer dans mon sommeil avec mes rêves d’enfant. Ça ferait beaucoup trop pour un seul homme en une seule journée. Je me souviens de mes cauchemars, des ombres que je voyais prendre la forme de monstres, des sursauts, des réveils en sueur, des cris et de ma mère enfin qui accourait dans ma chambre pour me chuchoter dans l’oreille ne crains rien, tout va bien, tu es dans ton lit, je suis là et je t’aime. Mes... [Lire la suite]
Posté par rougevoyelle à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 novembre 2009

Mauvaise impasse

Entre toi et moi, je crois que ça va mal finir. Notre histoire traverse une mauvaise impasse. On se dirige doucement vers la fin. A pas feutrés. Enfin, c'est surtout toi qui t'en vas. D'ailleurs, c'est toujours toi qui t'en vas. Tu prétends que c'est pour ne pas me faire de mal. Une crainte de mal faire dans des pas de velours, en somme. Il faut dire que tu te trimballes une sale réputation. Déjà quand j'étais petit, ma maîtresse me disait que t'étais la source de tous nos malheurs. Qu'il suffit que tu traînes dans les parages... [Lire la suite]
Posté par Jack Larsen à 13:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 novembre 2009

le silence des chats, animal lecteur

Funambule et acrobate, J’aime à courir les ruelles, Le silence au bout des pattes, Croiser asphodèle… J’ai le tort d’une robe ingrate, Vilain noir, je n’ai choisi, Moi félin de couleur mate, La sorcellerie… On me dit porter malheur, Ce depuis la nuit des temps, L’ignorance est mère des peurs, Me voilà Satan. Quand le jour fini sa vie Moi je commence la mienne Je n’suis plus visible la nuit Je n’suis plus visible la nuit, j’ai brisé mes chaines. Superstition populaire, Préjugés inexplicables, J’attire foudres et... [Lire la suite]
Posté par jime à 14:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 novembre 2009

Le ramage du ramier

Ceci n'est un texte.Un test, plutôt.Je tente, pour cette sortie du nid kaléidoscopique, de me plier à l'exercice. Une photo choc, même pas retouchée sur potoshop, pour stimuler l'écriture de mots qui pèsent leur poids.Je prends les Paris sans certitude de remporter le Match.Un texte en One-shot, pour éviter les regrets, les retouches, vider ses cartouches comme un gymnaste sur ses agrès. Un deux, Un deux.A l'eau ici l'ombre.Les oiseaux parlent aux oisifs.(Je me fait le martin-prêcheur de la bonne parole.) L'hirondelle ne... [Lire la suite]
Posté par Jack Larsen à 17:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]