C'est sûr, je devais t'aimer.

b_b_

De toute ma peau nue, de toute ma bouche assoiffée de ton lait. Je devais t'aimer, c'est garanti, c'est la vie. Et sans toi, je serais morte. Je crois. C'est ce qu'on dit.
Maintenant, quand je nous regarde, moi, petit truc fripé encore replié des courbes de ton utérus, toi, encore lisse des plis de la vieillesse... je ne sais plus. J'ai dû savoir, un jour. Comme celui-là, mon poing replié dans ma bouche, mon oreille bercée par les battements de ton coeur, mon nez empli de ton odeur qui m'était déjà familière avant même que toi tu ne vois mon nez. Mais j'ai oublié.
Bordel, maman, si tu savais comme je déteste dire ce mot. "Maman".
Je ne t'aime plus.
Et je ne sais même plus depuis quand.
Mais je devais t'aimer, ce jour là, c'est sûr.