04 février 2010

Pour ne pas dire je t'aime

Tu en as usé, des mots. Des vides, des pleins, des enjoués et des moches comme tout. Tu as brassé l'air marin. Tu m'as éclaboussée. Tu m'as piquée à maintes reprises. Tu t'es moqué. Quelques attentions t'ont échappé. Quelques compliments. Des erreurs de casting, très certainement.Tes mains se sont baladées ci et là. Tant de fois. Tantôt claquantes, tantôt carressantes, toujours un peu blessantes. Mais enivrantes. Tes efforts sont vains. Tu peux lutter contre les mots, contre les apparences, tu ne m'en aimeras pas moins. Tu peux... [Lire la suite]
Posté par incredibleMe à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2009

la classe du conseil

Ça ne rate jamais : mettez trois professeurs dans une même pièce et c’est parti ; peu importe que cela soit un conseil de classe, de discipline, une réunion ou un repas, à chaque fois la discussion aboutira aux élèves qui ne sont plus comme avant, qui n’ont aucun respect ni sens des responsabilités, etc. Et à chaque fois, un d’entre eux prendra la défense des élèves, qui sont dans une société moins structurée, qui ont d’autres compétences, et la nature humaine, vous savez, c’est la nature humaine… Une scène bien rodée, que tous les... [Lire la suite]
Posté par Maxime et Marge à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2009

Je ne suis pas une pointure.....

Je ne sais pas si vous êtes pareils que moi, mais moi, chaque fois que je repère une paire de chaussures qui me plait....ben y a plus ma taille...ou plus le coloris que je voulais. Normal, je fais une pointure standard, et on est plusieurs apparemment dans ma ville à faire la même, sauf que eux ils sont plus rapides que moi pour acheter leurs godasses. Enfin, je dis "leurs".... se sont les miennes un peu quand même, ben si ...je les voulais. Donc elles étaient un peu à moi quelque part...au début ... Dans la rue j'ai souvent essayé... [Lire la suite]
Posté par jime à 15:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 août 2009

Babouche et brodequin

    J’aurais pu être la fille naturelle d’un maître bottier et d’une pantouflarde, ou réciproquement,  tellement les souliers ont joué un rôle important dans ma vie. Dès ma naissance, ma marraine la fée, haut perchée sur des talons aiguilles,  se pencha sur mon berceau et me souffla que je trouverais chaussure à mon pied le soir de mes vingt et un ans. Puis elle m’enfila deux petits chaussons lamés, d’un goût douteux,  fourrés de laine vierge. Bien sûr que, nouvellement née, je ne perçus pas l’ampleur... [Lire la suite]
Posté par rougevoyelle à 10:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 août 2009

Qui est ce?

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par Sharra à 01:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 août 2009

By the way, use your trainers to run away from me.

I probably saw you remove your shoes too many times. Sitting on this very same bed. Your hairy ass staring at my left shoulder. I saw you run, heard you cough. You were never quite relevant. I smelt your tears, washed your trainers, let you chop the onions from time to time. You always happened to use the wrong word, at the right moment. Sharp questionning. Elusive looks. That terrible shape of yours. Too low seated on your hips to be quite living. Look at yourself, now. Tight in your pants, holding her hand. Finally dry and... [Lire la suite]
Posté par incredibleMe à 19:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 août 2009

vaines pompes

Entre Antoine et le monde -avec ses règles subtiles autant que formelles- la distance semblait irréductible. Non qu’il y mit de la mauvaise volonté, non plus que la moindre malice mais tout ce qu’il faisait pour être conforme à ce qu’on attendait de lui tournait à souligner encore plus le décalage. Pas d’indifférence non plus ; au contraire il mettait un soin infini à régler chaque détail, un soin que chaque échec rendait plus excessif –et plus vain. Au-delà de toute volonté, Antoine était définitivement dans la lune, à l’ouest, à... [Lire la suite]
Posté par Maxime et Marge à 22:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :