30 juin 2009

journal d'une nuit dété

21h17 : le vent disperse sous mes fenêtres les derniers lambeaux de lumière ; je sais qu’en tournant au coin de la maison je verrai encore la lueur de la ville voisine, mais de ce côté le monde a cessé d’exister et la seule vue qui s’offre à moi est le reflet fantomatique de mes mains et de mon visage éclairés par l’écran sur lequel j’écris. Quand j’aurais fini de noircir cette page probablement aurais-je achevé de disparaître. Je pourrais ouvrir la fenêtre mais la nuit n’offrirait rien à mon regard non plus qu’à mon oreille –... [Lire la suite]
Posté par Maxime et Marge à 15:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2009

Les pieds dans l'eau, la tête dans l'sable

Je n'aime pas la poésie, je hais la prose.J'ai une aversion profonde pour ces mots que je ne maitriserai jamais.Reflets imparfaitsPhotomatons mal cadrésSirupeuses mélopées.Tromperies grossières qui voudraient nous donner l'illusion d'avoir fixé une réalité multiforme et sensible. Pourtant je dois en passer par eux, et ça m'emmerde au plus au point.Vous dire qu'ils ont été beaux? Quel intérêt? Leur beauté n'était qu'à eux. La courbe de leurs lèvres, la ligne de leur cul ?Nombreux à la limite, oui. Le nombre est exact parfois, au... [Lire la suite]
Posté par ASH_SCM à 15:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 juin 2009

L'instant d'avant

Moi, d'habitude, j'ai rien à dire. Et puis ce que les autres me disent, à force, j'ai fini par m'en foutre un peu. Parce que tu comprends, autour de moi, ils ont tous la gueule ouverte. J'habite en ville. C'est un peu comme un village, sauf qu'en plus, ça résonne entre les immeubles. Il y a toujours la grand mère, ou le petit frère au balcon qui hurle quelque chose d'inaudible à ceux qui sont en bas. Et vas-y que ça répond "quoi ? qu'est-ce que tu dis ?". Dans l'appart', c'est pareil. Ma mère engueule mon petit frère qui se... [Lire la suite]
Posté par incredibleMe à 14:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 juin 2009

cette plage aux sables émouvants

Sur cette longue plage aux sables émouvants De couleurs grisonnantes que soulèvent les vents Je marche pendant des heures pour y chercher le temps Le temps des jolis rires et des amours d’enfant Dans un ciel fin d’été où meurent les cerfs volants Les nuages ont pris place et semblent menaçant Ajoutant de la peine par leurs grands manteaux blancs A ma lourde tristesse que je porte en souffrant Je revois ton visage, je revois nos seize ans Je ne peux oublier les premiers sentiments Nos corps qui se... [Lire la suite]
Posté par jime à 17:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 juin 2009

Départ.

Tel le corps d'une femme, Que l'horizon ne détermine pas. Telle cette sensation de liberté, Que l'espace en oublie les limites. Elle se souvient de ses caresses, Au beau milieu d'un rêve, Ou rien ne peut être définie. Tel un linceul déposé sur ce corps, Que la chaleur dénude peu à peu, Tel le désir brûlant de ces nuits sahariennes, Elle se souvient. C'est en marchant vers l'infini, Qu'il est parti sans un sourire. Cet espace si grand, Est désormais mourrant Dans un coin de son coeur Ou... [Lire la suite]
Posté par benedicte21 à 14:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 juin 2009

Ailleurs, le néant.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; ... [Lire la suite]
Posté par raaakim à 01:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2009

  Me voilà avec un peu de retard excusez moi! Pour la prochaine sélection je pense que Ash sera l'élu. Merci.Benedicte21
Posté par benedicte21 à 14:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 juin 2009

Mes adieux sans regret

Les cafards ont la vie dure. Je me le suis souvent répété, en te voyant. [Vieille carne, vieux cardon. Saloperie.] Heureusement, comme tout le monde, ils finissent par crever. J'ai bien cru que tu me survivrais. Franchement ? ça m'aurait fait mal au cul. Mais de ton aigreur, de ta peur de vivre, tu as finis par t'étouffer. Je le savais que tu mourrais comme ça : étouffée. Ils me font tous marrer avec leurs valeurs. La famille. Ha ! Quel beau principe. Devrais-je t'aimer plus que ta voisine sous prétexte que tu es ma tante ?... [Lire la suite]
Posté par incredibleMe à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 juin 2009

Les Fleurs Blanches

Elles trônent sur ce coffre en chêne de type LYONNAIS. Muni de quatre poignées dorées scintillantes, ce coffre est au coeur de toutes les attentions. Cette gerbe mortuaire si blanche et si pure contraste avec le bois foncé. Cette couronne de fleurs blanches est assise à l'extrémité de la bière. Ces roses, ces lilas, ces anthuriums, ces orchidées, ces oeillets sont habillés D'un joli feuillage foncé-vert de dracaena et de fougères. C'est un "Chagrin". Ces jolis demoiselles se dressent, en rythme, pour... [Lire la suite]
Posté par angemoir à 02:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 juin 2009

elle est partie...

Elle avait pris soin d’éteindre la lumière Fait exprès je crois de fermer ses paupières Moi j’avais pas compris qu’elle dormait fort et pour toujours Me laissant donc tout seul à l’aube d’un nouveau jour Quand on a juste cinq ans, on ne comprend pas, Enfin…pas toutes ces choses là Elle faisait semblant de pas me regarder Et je m’attendais à la voir rigoler Mais elle est resté pendant des heures là sans bouger A attendre quoi, dans le noir sans me parler ? Puis le silence s'est brisé, quand ils sont... [Lire la suite]
Posté par jime à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]