Il habite un petit moulin

Que vous verrez sans doute

Tout au bout du chemin

Juste après la grande route

 

Il vit avec les fleurs

Elles lui offrent leurs odeurs

Il parle avec le vent

Qui passe de temps en temps

 

Il ne pleut plus jamais

L’endroit est bien trop loin

Les nuages ont cessé

d’y verser leurs chagrins

 

De l’herbe y pousse portant

Il ne l’explique pas

Sans doute l’enchantement

Venu de l’eau delà

 

Il coule une rivière

Qui bruisse tout en douceur

Sa chanson sur les pierres

Au rythme de son cœur

 

Il sait qu’il y mourra

C’est convenu, ça lui plait

Il ne pense pas qu’à ça

Mais enfin il le sait