Un brouillon, pas pris le temps de travailler...

On n'a plus le front populaire depuis bien longtemps. Il est surmonté par une casquette de plomb, maintenant. Je crois qu'on a trop abusé de cet entre deux mers.
L'entre deux guerres est finie, on est désormais dans un gargouillis immonde, entre deux matières hostiles, les deux pieds dans la merde et les genoux dans les boyaux de nos camarades tombés au combat. Après le pinard, on est passé au digestif, rien que de très naturel en somme...
Entre nous tout allait pour le mieux, rien qui laisse présager qu'on allait se battre à couteaux tirés. Je me souviens bien que tout n'avait pas toujours été pour le mieux, qu'on s'était déjà foutu sur la gueule un paquet de fois, mais le plus souvent à propos de nos parents. On avait fini par trouver un terrain d'entente, notre Alsace-Lorraine à nous.