Ceci est un hommage à tous ces êtres que j’ai aimé, qui ont arpenté le chemin de la vie avec moi. D’une certaine façon, bien qu’aujourd’hui nos chemins divergent, ce sont des êtres que j’aimerais toujours…


Grain de sable dans l’engrenage de mon cercle vicieux, tu entres tel un courant d’air dans ma vie. Destin, hasard, coïncidence,… peu importe, tu es là, de toute ta présence, de toute ta prestance et je t’écoutes.

Intimidée, surprise moi-même d’être sous le charme, je me sens comme envoûtée. Je voudrais que cet instant dure une éternité. Je me sens à la fois heureuse, surexcitée, je trépigne d’impatience et la peur me paralyse. Je ne me reconnais plus… Où vais-je ? Suis-je donc bien en train de te suivre, de rester à tes côtés ? Mais je me sens si bien près de toi que les doutes s’atténuent, s’effacent et je suis mon instinct. Précieuse intuition qui m’a poussée à te faire confiance, à te suivre sur le chemin que tu me proposais malgré mes angoisses.

Tu es là et je me sens transportée. Tu n’es pas là et ta présence flotte à mes côtés. Tu ne me quittes pas, tu es dans mes pensées. Mon monde tourne, évolue, avance et toi, tu demeures à mes côtés sans briser mon indépendance, sans me blesser, tu déambules près de moi sans jamais m’enfermer.

Nulle cage ne peut contenir cet amour et tu n’essayes même pas de la créer. Notre liberté, c’est notre vie, c’est notre fondement. Etre dans tes bras, c’est savourer la douceur de la tendresse sans l’amertume de la possession, c’est la sensation de sécurité sans entrave. Faire l’amour avec toi, ce n’est pas seulement la passion dévorante du désir mais simplement ressentir dans chaque once de mon corps, de mon âme, le désir de toi.

Le souvenir que tu m’as laissé, c’est la quintessence de l’amour, un point de répère dans mes tempêtes intérieures. J’ai connu l’amour et s’il se présente à nouveau, je saurais le reconnaître.