Lila et moi on n'a pas grand'chose en commun, à part la même chambre d'internat. Elle est la lycéenne qu'on rêve toutes d'être, jolie, fashion à fond, toujours une nouvelle fringue, un accessoire au top. Bref, on n'est pas du même milieu. Moi je prie pour qu'on ne me remarque pas. Elle m'a dit que si elle atteint la cote de popularité qu'elle avait quand elle a quitté le collège elle montrera qu'on s'entend pas trop mal elle et moi.

Elle a déjà fait un truc super sympa pour moi, elle a réussi à décider sa copine Alexa à m'inviter à sa fête d'anniversaire. Du coup Alexa a invité toute la classe de seconde B, elle a dit que sinon je ferai trop tâche parmi toutes ses copines. C'est la première fois que je fais partie de ce genre de fête mais je ne suis pas trop étonnée, en fait ça se passe exactement comme je me l'imaginais, les mêmes groupes qu'au bahut, habillés différemment et picolant sans se cacher.

Tiens je vais aller faire un tour dehors. En fait non. Dehors c'est squatté par la bande des mecs cools. Les fumeurs de cigarettes d'un côté, ils viennent en scooter (sauf ce crétin de Sam qui a redoublé trois fois donc il prend la caisse de son père vu que c'est le seul à avoir le permis, et dire que cet imbécile en est fier, c'est tordant), et de l'autre, les fumeurs de shit, réputés être le top des mecs cools, pourtant ils passent leur temps à critiquer tous ceux qui ne sont pas comme eux.

Ca me fait penser à ce que disait Lila à propos des mecs l'autre jour elle disait que ceux qu'elle méprise le plus sont "les abrutis qui se pointent à une soirée en pantalon noir, chaussures noires et chaussettes blanches, le summum du mauvais goût!". Oui, elle a dit "summum", comme quoi elle connaît un mot de latin. Et bien cette remarque m'a épatée. Du coup moi je regarde toutes les chaussettes masculines et pour l'instant pas une seule blanche visible. Etonnant tous ces garçons au bon goût, ou de bon goût. Pour moi le mauvais goût ça me fait plutôt penser au regard des gens dans les supermarchés quand ma mère nous emmène tous les six pour faire les courses. Et pourtant on est tous coiffés, lavés, mais si mal habillés. On dirait qu'elle choisit toujours le pire de Distri Center. Et encore, pour moi qui ait quinze ans depuis deux mois, ça s'améliore terriblement. Elle a accepté de renoncer à me couper les cheveux au niveau des oreilles. Ca fait seulement deux mois et je sens, pour la première fois de ma vie, de délicieux chatouillis dans le cou, bientôt je pourrai les attacher sur la nuque, porter des élastiques de couleur, Lila m'a promis de me filer ses vieux chouchous. En plus je n'ai plus d'appareil dentaire, finie la torture physique et l'épreuve du miroir, j'ai une nouvelle façon de parler, ma langue à le loisir de caresser chacune de mes dents, j'avais oublié comme c'est doux une dent sans carcan de métal. Et n'oublions pas, s'il-vous-plaît la première robe choisie par mes soins! Bon ok c'est toujours Distri Center, mais c'est moi qui ait choisi, en voilà une qui n'est pas passée par la taille de la grosse cousine Constance. Non quand même, je me sens mieux. Je suis toujours transparente mais en mieux.

Tiens, voilà Thibault. Je n'aurais jamais cru qu'il fréquentait ce genre de soirées. Une des rares personnes à m'être relativement sympathique. Il parle à tout le monde, c'est-à-dire à personne en particulier, il semble ignorer les clans. Oh non! J'y crois pas! L'hallu totale! Thibault porte un pantalon noir, des chaussures noires, et des chaussettes blanches!

Mais en voilà des chaussettes amicales! Des chaussettes qui ignorent le bon goût vestimentaire avec un panache digne d'admiration! Des chaussettes qui semblent accorder plus d'importance à leur identité qu'à leur image! Voilà des chaussettes qui sortent du placard, qui sortent le soir, qui en ont marre des basets auxquelles ont veut à tout prix les associer dans la dictature du fashion code, voilà des chaussettes qui en disent long, des chaussettes qui sourient, même à des destinataires de mauvais goût puisque celui-làc'est sûr il était pour moi, je suis bien la seule dans cette direction? Il ne sourirait pas à la porte des toilettes... Non personne, j'ai cessé d'être transparente dix secondes, il a dû surprendre mon expression. Peut-être plus que dix secondes. Non il va aux toilettes... Ou pas...

"Tiens salut Jo! C'est rare que tu sortes de ta tanière! Remarque je sais pas si t'as choisi la meilleure soirée, perso je me demande déjà ce que je fais là. Pas toi?"

Allez, réponds quelque chose. N'importe quoi mais maintenant... Allez!! Trop tard.

"Tu te plais là où t'es comme moi?"

Deuxième chance, bon sang, une mimique au moins...

"Bon je vois, et si on s'éclipsait pour aller manger un kébab?"

Est-ce que quelqu'un pourrait me dire si la Terre continue à tourner?

Vous savez quoi? Je crois que j'adore les chaussettes blanches. C'est promis. Même sur des mollets velus, même sur des nu-pieds britanniques à 30 degrés à l'ombre, même trouées au gros orteil, longue vie aux chaussettes blanches!