J'ai regardé rapidement autour de moi avec les yeux de la colère. Et je crois bien que ce qui restera de nous deux tiendra dans ce joli écrin. Un jour.
Une bague, que je ne porterai plus.

J'ai touché du bout du doigt - celui du dégoût - nos draps sales. Et je me suis demandé si je dormirai seule dedans. Un jour.
Mais seule, non, je ne crois pas. Pas dans ces draps en tout cas.

Il y a des histoires qui prennent de la place. Il y a des histoires qui collent longtemps à la peau.
Pas la nôtre.
Pas la nôtre.

Notre histoire s'effacera d'un revers de la main. Un jour.
Comme tous ces films pas extraordinaires, toutes ces histoires trop ordinaires qu'on a vus ensemble. Puis oubliés. Sans la touche d'arsenic ou de nitro qui te les font rester sur l'estomac. Longtemps.

Nous deux c'est juste ça. Un enchaînement de jours et de nuits.
Je ne me sens pas plus belle qu'une autre, quand je vois mon reflet dans tes yeux.
Je ne me sens pas plus belle qu'une autre dans ta bouche qui parle de moi.
Je ne me sens pas plus belle qu'une autre à ton bras, dans le regard des passants.

Remettre cette bague dans son écrin. Et partir. Vite.
Vivre.