Mes yeux sont morts. Ils n’ont même jamais vécu.
Le noir, les ténèbres, la lumière ou la couleur sont des concepts qui n’ont aucun sens, je ne peux que les citer par courtoisie, par intellectualisation.
Et ils n’ont aucune importance
A mes yeux…

 

Vous me voyez, errant dans les rues, pareil à un somnambule à ce qu’on m’a dit…
Même si je n’ai pas la moindre idée d’à quoi peut ressembler un somnambule…

Amusant de voir comment les mots même sont fait pour désigner tant de chose via le prisme visuel…

 

Car vos mots ne sont pas fait pour moi, pas plus que tant de choses dans lesquelles vous vous engluez.
Télévision qui vous matraque le cerveau d’images, cinéma pour nourrir vos besoins de libertés...
Affiches, pub… il n’y a guère que les odeurs d’un Mac DO qui peuvent me toucher…

 

Mon univers est autre.
Parallèle.
Je vous entends dire que cette femme est bien roulée.
Moi je peux la sentir, et parfois, ça n’a rien d’agréable.
Vous dites que ce mec est klass, qu’il en impose.
Ecouter donc les fonds de sa voix, et vous aurez envie de vomir…

 

Je ne souffre pas d’une barrière, d’un manque.
Non.
Je vis mes sens bien plus intensément…
Enfin j’imagine et je conclus à vous entendre.

 

Mais lorsque je perçois quelqu’un, je pense sincèrement que c’est de manier beaucoup plus intime que vous.
Je dois être prêt d’elle, pouvoir la toucher, la sentir, l’entendre au moins...
J’ai avec tous ceux qui m’entourent une relation sensuelle aussi proche que celle que vous n’avez qu’avec vos femmes, vos maris, enfin ceux avec qui vous couchez.

 

Alors, est-ce moi l’infirme ?
Moi qui suis plus proche des autres ?
Moi qui ne subit que par écho le poids de vos sociétés de consommation ?

Avant, il y a cinquante ou cent ans, je ne dis pas.
Mais aujourd’hui, je peux même lire !

Edit  by madison!

350pxdsc_4050mr