(...)

Quand le lendemain son agenda tomba de son sac, une main plus rapide que la sienne s'en saisit. Forcément la photo se détacha et glissa sur le sol. Elle rougit, mais quand, confuse,  elle croisa le regard de celui qui la lui tendait, c'est un sourire qui l'attendait...

Lou aurait aimé lui arracher des mains son agenda, et partir en courant…
trois cent huit pas et elle serait à la maison. Merde ! mais qu’est-ce qu’il lui prenait de rester là, à penser à ça ?
La main était devant elle, dans la main la photo du pénis masqué, et le sourire tout au bout de la main. Elle rougissait. Merde, merde, merde, je dois être ridicule !
- Bonsoir, amusante cette photo ! C’est toi qui as dessiné les yeux ?
- Les yeux ? Heu, oui. J’ai mis quatre secondes (…) enfin… je n’ai pas pu résister… c’était tellement (…)
- Ridicule, ce spectacle ! Je pense la même chose. Quand je vois toutes ces citrouilles défigurées - sauf la tienne bien sûr - je me demande s’ils ont fait de la soupe avec, ou s’ils se sont contentent de tout jeter à la poubelle. Ma grand-mère faisait (…) Houps ! j’oubliais ! bonjour ! je m’appelle Jean-Loup, et toi ?
- Jean-Loup ? moi c’est Lou, enfin non, Louise - comme ma grand-mère - mais on m’appelle Lou. Voilà, merci… heu… et bonsoir.
Lou avait saisi la photo et l’avait glissée dans son sac. Elle avait commencé à compter, surtout ne pas s’arrêter de compter. Ne penser à rien d’autre.. vingt, vingt et un…
- On a presque le même prénom, ça se fête ! Allez Lou, viens, je t’offre un Coca. T’es dans quel lycée ?
…Trente huit, trente neuf…
- Lou ? Je peux te demander quelque chose ?
…Quarante trois, quarante quatre…
- Pourquoi est-ce que tu comptes ? Tu as peur de moi ? Depuis quand un p’tit loup aurait peur d’en gentil loup ?
- (…) je compte à haute voix ? Pardon, je ne savais pas, je croyais…
- Non, c’est moi qui t’entends, juste moi, tu chuchotes, c’est presque impossible de t’entendre, mais tes lèvres bougent un peu. Et je connais le langage des sourds, pour ma petite sœur, alors j’ai compris que tu comptais ! Viens, on va boire un verre, ou marcher si tu préfères, et je te raconterai une histoire. Celle du petit chaperon rouge qui fut avalée toute crue par un loup. Je me demande si ce n’est pas toi, parce que tu as les joues bien rouges…
Lou éclata de rire.
Les chiffres disparurent tout d’un coup de sa tête. Comme un grand silence après un roulement de tambour. Elle respirait très fort, de tout son corps, et elle se sentait ivre. En deux jours elle avait ri deux fois. Elle leva la tête, regarda ce Jeantil-Loup droit dans les yeux.
C’était SA citrouille, elle en était sûre ! Il s’était transformé en garçon quand elle l'avait photographiée ! Elle adorait Halloween en fin de compte !