Le pire c’est quand même quand t’es là pour attendre. Le pire c’est que t’en est au deuxième opus liquide et que les piliers du bar se relayent pour te soutenir. Le pire c’est qu’ils imaginent tous pouvoir te soutirer une petite causerie. Ou te tirer tout court dans la nuit. Le pire c’est de garder le paraitre, l’intelligence et faire preuve d’une répartie de haut de vol qu’ils ne peuvent d’ailleurs pas saisir. elle est hors de portée. Le pire c’est de passer pour une folle, froide, hautaine, distante. Le but c’est de garder le sourire malgré l’aigreur des verres qui passent et le périmètre de sécurité.